Slovaquie

block_159_slovakia

Le carré

La Slovaquie possède une longue histoire textile. Quant à sa broderie, elle a fait l’objet d’un commerce prolifique et a constitué une source de revenus pour divers marchands au cours du XIXe siècle. Elle est habituellement considérée comme un élément important de la culture populaire du pays. Pour cette pièce, les réalisatrices Esther Gazdik-Bryan et Elena Mirga, ont créé un échantillonnage représentant un héritage qui inclut diverses coutumes et divers styles de broderie régionaux. Parmi ceux-ci, on trouve le cadre en point de croix entièrement rouge et le centre en broderie de Čicmany, dans des jaunes, orangés et rouges traditionnels. Les femmes du petit village montagneux de Čicmany sont devenues si habiles à la broderie, qu’elles ont commencé à peindre à la main des motifs similaires sur leurs cottages en bois. À ce jour, deux de ceux-ci ont été transformés en musées.

Des symboles slovaques, en broderie de surface, comblent chaque coin du carré : la colombe symbolise la paix, tandis que les cœurs proclament la victoire sur l’adversité grâce à l’amour des autres. Un bouclier gothique, l’emblème national de la Slovaquie, se trouve dans le coin supérieur. Il affiche une double croix sur un pic central d’un groupe de trois monts, lesquels représentent les Carpates et plus particulièrement les monts Matra, Fatra et Tatra, une part importante de l’identité slovaque,

 

Habura cerkov
Église en bois à Habura
Cicmany-radenv dom2
Maison de bois peint de Čičmany
Jánošíkove dni 8
Costumes traditionnels
Budatínsky zámok, expozícia drotárstva 25
Art en fil de fer
BojniceZámek
Château de Bojnice
Slovakia folk art 27
Broderie

Culture

La Slovaquie, ou République slovaque, est un petit pays enclavé d’Europe centrale. Un des plus récents pays d’Europe (formé en 1993), il est divisé en deux zones géographiques distinctes : les basses terres et les montagnes, parsemées d’environ 200 châteaux. La colline Krahule, près de la ville de Kremnica, est le centre géographique de l’Europe. Autrefois, l’exploitation minière de l’or et de l’argent constituait d’importants secteurs de l’économie slovaque; aujourd’hui, l’extraction et la transformation de la magnétite dominent. La Slovaquie est aussi le lieu de naissance du mathématicien et astronome Maximilián Hell. Il a été le premier à calculer la distance entre la terre et le soleil. Le slovaque et le hongrois sont les langues officielles du pays.

La famille est très importante pour les Slovaques. Les enfants apprennent à respecter leurs aînés et, parmi la vaste de gamme de proverbes de la population il y en a un qui dit : « Celle qui élève bien le premier enfant crée un trésor pour les suivants ». Depuis l’indépendance en 1993, les fêtes chrétiennes comme Noël et Pâques sont à nouveau célébrées au pays. Certaines des traditions de la fête de Pâques remontent à l’époque païenne. Par exemple, il est de coutume d’asperger les femmes d’eau. Si, auparavant, on utilisait des seaux remplis à bord, aujourd’hui, des pistolets à eau et de petites bouteilles sont plutôt privilégiés. Les églises en bois constituent un solide héritage architectural en Slovaquie. Par exemple, l’une d’elles, située à Paludza, peut asseoir 3600 personnes et aucun clou n’a servi à sa construction. Le pays bénéficie aussi d’un riche héritage musical et les chants traditionnels accompagnent souvent les tâches quotidiennes. Les instruments typiques incluent le fujara, semblable à un basson, le gajdy, un type de cornemuse, et le konkovka, la flûte de berger. Les danses folkloriques, comme les radovi, des danses nuptiales, odzemok et verbun, sont reconnues pour leur variété et leur couleur. Les traditions dans l’art populaire sont aussi importantes pour les Slovaques qui, eux-mêmes, sont réputés pour leur tissage, leur dentelle aux fuseaux, les céramiques de la ville de Modra, leur sculpture, leur peinture sur verre et leur agencement de brins de paille ou de fil de fer. La fabrication de vin est une tradition slovaque vieille de 2000 ans; plusieurs villes sont réputées pour leurs vins.

Joseph Bellon est le premier immigrant slovaque connu au Canada. Il s’est établi à Toronto en 1878 et a fondé une usine de feux d’artifice. Après son arrivée, l’immigration slovaque s’est fait en quatre vagues : celle entre 1885 et 1914, celle de l’après-Première Guerre mondiale, celle de l’après-Seconde Guerre mondiale, et celle suivant l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968. Plusieurs des premiers immigrants se sont installés dans l’ouest du Canada. Ils trouvaient du travail dans les industries forestières, minières et agricoles. Ceux qui sont arrivés dans les années suivantes se sont établis dans des villes comme Montréal, Toronto et Windsor. Ils ont fondé de nombreux organismes comme la Canadian Slovak League, et publié plusieurs journaux slovaques. Le Canada compte la troisième plus grande collectivité slovaque en dehors de la Slovaquie (après celles de la République tchèque et des États-Unis). Actuellement, il y aurait plus de 66 000 Canadiens d’origine slovaque au pays. Les Slovaques ont joué un rôle important dans la vie du Canada, et ce, dans des domaines comme les affaires (Stephen B. Roman, propriétaire des mines Denison – le gisement d’uranium le plus riche au monde), la politique (William A. Kovach), les sports (Stan Mikita et Elmer Vasko, des Blackhawks de Chigaco) et le journalisme (George Cross).

Commanditaire: Slovak Canadian National Council, Toronto, Mrs. Lydia Matusky à la mémoire de John S. Matusky, Ann Adams, and La Maison Slovaque Inc., Montreal | Photos Wikimedia Commons